Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Arago - Les Gobelins, Agence immobilière PARIS 75013

L'actualité de CENTURY 21 Arago - Les Gobelins

Paris 75013 : focus sur la Manufacture des Gobelins

Publiée le 12/08/2015

En 1597, Henri IV crée une manufacture pour concurrencer les ateliers flamands. Néanmoins, dès 1601, deux entrepreneurs flamands, François de La Planche et Marc de Comans, s’installent dans l’ancien hôtel de la famille des Gobelins.
En 1662, Louis XIV et Colbert réorganisent et rassemblent toutes les manufactures dans l’hôtel des Gobelins. C'est ainsi qu'en 1667, la Manufacture des Gobelins est officiellement créée. Les tapissiers, brodeurs, bronziers, ébénistes, mosaïstes, orfèvres travaillent désormais pour le roi sous la direction de Le Brun.

L'âge d'or

Le roi fournissait les matières premières — laine, soie, fils d'or ou d'argent — et en défalquait le prix lors de l'achat des tentures. L’exaltation de la royauté et de la Maison royale furent les principaux devoirs des artisans des Gobelins jusqu’à la grave crise financière et politique de la fin du XVIIe siècle. Les ateliers ferment alors leurs portes en 1694 pour rouvrir en 1699 sous la direction de Jules Hardouin-Mansart.

Les teintures « à l’entours » se développent (le sujet est entouré de motifs comme des entrelacs, arabesques, fleurs) suivies du tissage en simili-peinture. En 1755, Boucher revient à la teinture « à l’entours » ainsi qu’aux portraits royaux tissés. 

La chimie, un nouvel élèment

Au XIXe siècle, la Manufacture suit l’évolution des techniques et de la chimie. Celle-ci permet, notamment, d‘obtenir un nuancier de quatorze mille tons de laine. Quelques commandes en simili-peinture sont passées à des peintres reconnus comme Monet ou Redon. Enfin, Le Poète et la Sirène de Gustave Moreau est produit pour l’Exposition Universelle de 1900. 

La renaissance dûe à André Malraux

Dans les années 1930, les Gobelins s’intéressent aux teintures végétales. L’administrateur Guillaume Janneau fait appel à Jean Lurçat et à Gromaire afin de revenir à une limitation de couleurs franches. Cependant, l’exposition Tapisserie 58 met en lumière la crise profonde des Gobelins. Le Ministre de la Culture, André Malraux, décide alors, en 1963, la création d’une commission d’achat de cartons où tous les courants picturaux sont réunis. Le Corbusier, Picasso, Sonia Delaunay ou Chagall reçoivent la consécration d’être reproduits sur des tissages des Gobelins. Chacune de ces tapisseries, une fois « tombée du métier », appartient au Mobilier National, auquel la Manufacture des Gobelins est rattachée depuis 1937.

Aujourd’hui, la Manufacture qui a soufflé ses 348 bougies emploie 30 agents (contre 250 en 1667) et comporte quinze métiers à tisser. Ce sont désormais six à sept pièces qui sont créées chaque année.

 

Elle présente aussi son histoire sous forme d’exposition :

L’esprit et la main : héritage et savoir-faire des ateliers du Mobilier national jusqu'au 17 janvier 2016 (ci-contre affiche de l'événement copyright Manufacture des Gobelins).

 

Vous avez un projet immobilier : achat, vente, location dans le 13eme arrondissement de Paris ? Contactez un des conseillers de votre agence CENTURY 21 Arago qui aura plaisir à vous accompagner dans la concrétisation de votre projet. Poussez la porte de votre agence, avenue des Gobelins.

Notre actualité